Suivez-nous & partagez

re2020

Arbitrage Gouvernemental sur la RE2020

PREAMBULE

Les nouvelles orientations du gouvernement sur la future réglementation environnementale 2020 viennent d’être publiées. Nous vous proposons de revenir dans cet article sur les annonces, l’engagement de NERGIK dans ce dispositif et notre avancement sur le sujet.

NOTRE ENGAGEMENT

NERGIK est un bureau d’étude Fluides, Thermique et HQE basé à CHALLANS (85) et REZE (44) disposant de compétences complémentaires permettant d’orienter nos clients vers la transition énergétique et numérique. Avec plus de 10ans d’expérience chacun, les piliers de l’équipe NERGIK ont des compétences approfondies dans les domaines du CVCP (Chauffage, Ventilation, Climatisation, Plomberie), de l’Electricité – SSI et de la Thermique – HQE. Sur ce dernier point nos avons les compétences pour répondre à des projets des plus ambitieux : Haute Qualité Environnementale (HQE), Passif et E+C-.

L'ORIENTATION GOUVERNEMENTALE

Le Ministère de la Transition Ecologique a publié un dossier de presse le 24 Novembre 2020 visant à clarifier leur position sur les objectifs de la nouvelle réglementation environnementale 2020. Ce dossier décrit les 3 objectifs suivants :

  • Objectif 1 : Donner la priorité à la sobriété énergétique et à la décarbonatation de l’énergie.
  • Objectif 2 : Diminuer l’impact carbone de la construction des bâtiments.
  • Objectif 3 : Garantir la fraicheur en cas de forte chaleur.

Objectif 1 : Donner la priorité à la sobriété énergétique et à la décarbonation de l’énergie.

La RT2012 était résumée par la valeur de Consommation d’Energie Primaire (Cep) du bâtiment étudié au détriment de la valeur des besoins bioclimatiques (Bbio). La RE2020 va renforcer l’importance du critère Bbio pour concevoir des projets sobres en besoin d’énergie puis ayant des systèmes énergétiques performants.

Bbio :

Rappel du critère Bbio : Besoin en énergie d’un bâtiment pour rester à une température confortable, en fonction de la qualité de son isolation et de sa conception générale (orientation, ventilation traversante, compacité etc.).

Pour mettre en application cette volonté, le Bbio va être abaissé de 30% par rapport à la RT2012 (Bbio -30%).

A titre de comparaison, le label E+C- n’avait aucune exigence supplémentaire sur le Bbio et n’était concentré que sur le Cep, c’est donc une ambition du gouvernement à axer la performance énergétique sur la performance thermique du bâti avant celle des équipements.

Cep :

Le critère de consommations en Energie Primaire n’est pas en reste. Le gouvernement souhaite retirer le gaz en système énergétique seul des bâtiments résidentiels. La RT2012 a fait la part belle au système gaz, ce système est très bien représenté dans le secteur de la maison individuelle et dans le secteur du logement collectif où il est installé dans 75% des cas.

Un seuil d’émission de gaz à effet de serre sera fixé :

Une maison individuelle actuellement chauffée au gaz émet à peu près 5TCO2/an soit pour une maison de 100m² : 50kgCO2/m².an bien loin du seuil de la RE2020. Les systèmes utilisant exclusivement du gaz n’auront donc plus leur place dans ce type de construction.

Le seuil proposé à la date d’application de la RE2020 pour les logements collectifs permettra une transition vers des projets neufs sans gaz en 2024. Ce premier seuil autorisera la mise en place de chaudière gaz hybride (Pompe à chaleur + appoint gaz) ou mixte (couplé à du solaire thermique).

Part d’énergie renouvelable :

Avec la mise de côté de l’énergie Gaz, les systèmes énergétiques électriques de type « radiateur électrique à effet joule » pourraient refaire leur apparition. Pour éviter leur massification, le gouvernement va mettre en place un seuil maximal de consommation d’énergie primaire non renouvelable pour le chauffage.

Systèmes alternatifs :

Des systèmes alternatifs de chauffage pourront trouver leur place dans ce nouveau dispositif :

  • Bois énergie : Les systèmes de chaudière à granulés de bois ou poêle à granulés répondent à l’exigence d’utilisation d’énergie renouvelable.
  • Réseau de chaleur : Depuis quelques années des réseaux de chaleur urbains se mettent en place à petite ou grande échelle. Il s’agit de mutualiser un équipement énergétique et d’y introduire une part d’énergie renouvelable. Cette énergie est produite par la valorisation des déchets, la méthanisation, les pompes à chaleur géothermiques, les chaudières bois, …
  • Solaire thermique : Dans certaines applications ce système est adapté au chauffage des bâtiments mais souvent en complément d’une énergie fossile (Gaz).

Objectif 2 : Diminuer l’impact carbone de la construction des bâtiments.

La grande nouveauté de la RE2020 est la quantification des émissions de CO2 sur la phase construction, déconstruction d’un bâtiment. Ainsi une analyse de cycle de vie (ACV) sera à réaliser pour toutes constructions neuves. Elle vise à mesurer l’impact carbone des produits de construction utilisés pour un projet et leur impact en fin de vie.

Le gouvernement a fait le choix d’une analyse de cycle de vie dynamique. Le caractère dynamique de cette étude valorise le stockage temporaire du carbone (exemple : Bois). En d’autres termes, un produit utilisé dans la construction émettant aujourd’hui du CO2 (notamment lors de sa fabrication et sa pose) aura un poids carbone plus important qu’un produit émettant du CO2 plus tard (démolition, recyclage). Le bois et les matériaux biosourcés s’en retrouvent fortement valorisés.

Réserve sur cette méthode :

Cette méthode n’a pas été testée dans l’expérimentation E+C-, nous n’avons donc pas de recul sur la finalité des résultats. Cela pourrait créer un fossé entre des solutions dites traditionnelles de construction et des solutions utilisant des matériaux biosourcés. De même un produit n’émettant que peu de CO2 lors de sa fabrication et lors de sa pose mais qui serait très compliqué à recycler (forte émission en fin de vie) ne serait pas moins valorisé.

Utilisation du bois :

Le gouvernement ne se cache pas dans sa volonté de massifier le recours au bois et aux matériaux biosourcés dans la construction. Ils estiment ainsi qu’à l’horizon 2030 à la suite de modifications successives de la RE2020 (voir chapitre calendrier), l’usage de ces matériaux sera quasi-systématique. Il va proposer des initiatives pour favoriser l’innovation et le développement d’une production nationale de bois de construction.

Systèmes alternatifs :

L’exigence d’impact carbone des matériaux et d’équipements est une exigence de résultats et non de moyens. Une construction pourra compenser la part d’un de ses composants émetteurs de CO2 par d’autres moins émetteurs. Cette notion va permettre aux industriels de travailler sur leurs procédés et améliorer l’impact carbone de leur produit. Des évolutions sont déjà à l’étude comme on le voit avec le béton décarboné.

Transition progressive :

Dans la conjoncture actuelle et pour travailler sur une transition en douceur, le gouvernement a décidé de créer des paliers d’exigences.

Période 2021-2024 – Phase d’apprentissage :

Cette première phase permettra :

  • D’appréhender ce nouvel indicateur d’analyse de cycle de vie de la part des acteurs du bâtiment.
  • De gagner en robustesse dans les études ACV, en effet à l’heure actuelle les études ACV présentent encore une grande marge de variations et d’erreurs.
  • De faire monter en compétentes les fabricants et faire augmenter la base de fiches environnementales de produits (FDES).

2024, 2027 et 2030 – Phase d’augmentation des exigences :

Successivement les exigences de carbone seront augmentées. Cela laissera le temps au marché de trouver des solutions techniques et économiques à l’intégration des matériaux biosourcés.

Ainsi en 2030, le seuil maximal en kgCO2/m² sera abaissé entre 30 et 40% par rapport à 2021.

Des seuils modulés pourront être accordés dans les zones climatiques les plus chaudes quand la masse thermique serait indispensable au respect du confort d’été. Les structures bois étant faible en inertie, d’autres procédés pourront être acceptés.

Objectif 3 : Garantir la fraicheur en cas de forte chaleur

Le constat a été fait que de nombreux bâtiments construits selon la RT2012 étaient inconfortables en cas de fortes chaleurs. La RE2020 vise à corriger cet état en ajoutant tout d’abord un Bbio froid, la part du potentiel climatisé sera donc incluse.

Sur la base d’un scénario météo similaire à la canicule de 2003, un indicateur de confort d’été sera calculé dès la phase conception du projet. Cet indicateur s’exprime en degré.heure (DH).

Degré.heure (DH) :

Représente le nombre d’heures dans l’année durant laquelle le bâtiment dépasserait le seuil de 28°C le jour (et 26°C la nuit) multiplié par la différence entre la température simulée et la température seuil.

Exemple : S’il fait 20°C toute l’année dans un bâtiment et que pendant 10 jours et 10 nuits la température grimpe à 30°C en continu alors l’indicateur DH sera égal à 720DH soit : 10 jours x 12h x (30°C – 28°C) + 10 nuits x 12h x (30°C – 26°C)

Le seuil haut maximal sera de 1250DH :

Equivalent à 25 jours où la température intérieure serait de 30°C le jour et 28°C la nuit

Il sera le même partout en France et sa valeur ne pourra être plus élevée.

Le seuil bas minimal sera de 350DH :

Représente la valeur optimale, une pénalisation s’appliquera entre le seuil bas et haut dans le calcul de la performance énergétique.

Cet indicateur va encourager l’utilisation de solutions passives de climatisation. Des puits climatiques et brasseurs d’air pourront être saisis dans le moteur de calcul.

En fonction des retour d’expérience de la phase 2021 – 2024 des ajustements seront apportés pour optimiser ce calcul.

Label

Pour aller plus loin dans la performance environnementale les maîtres d’ouvrage pourront chercher à atteindre un label visant la phase suivante de l’évolution de la RE2020. La première version du label sera publiée au second semestre 2021.

CALENDRIER

1er trimestre 2021 :

  • Publication des textes de la RE2020
  • Début des travaux sur les exigences dans les bâtiments « tertiaires spécifiques »

Eté 2021 :

  • Entrée en vigueur de la RE2020 pour 4 typologies de bâtiments (Maison Individuelle, Logement Collectif, Bureaux, Enseignements)
  • Décalage d’environ 1 an pour les bâtiments « tertiaires spécifiques »

2ème semestre 2021 :

  • Publication des labels de la RE2020

2024 :

  • Ajustement des exigences de la RE2020
  • Modification du seuil maximal d’émission de gaz à effet de serre des consommations de chauffage des logements collectifs

2027 :

  • Ajustement des exigences de la RE2020

2030 :

  • Ajustement des exigences de la RE2020

NOTRE REPONSE A CES EXIGENCES

Optimisation énergétique et environnementale

Notre savoir-faire dans le domaine de l’optimisation énergétique et environnementale nous permet dès aujourd’hui de proposer à nos clients des solutions innovantes permettant de réduire leurs consommations énergétiques et d’améliorer la qualité d’utilisation de leur bâtiment.

Nous disposons dans notre effectif d’une personne référente certification HQE reconnue par Certivéa. Notre avons toujours voulu avoir une vision plus large que la réglementation. Notre capacité à répondre à des projets HQE ouvre donc plus largement notre expertise pour trouver les solutions les plus adaptées aux problématiques de construction.

La nouvelle RE2020 et sa vision portée sur le principe Negawatt (sobriété énergétique -> efficacité énergétique -> compensation par des énergies renouvelables) s’inscrit pleinement dans notre philosophie de projet. Nous travaillons depuis 2018 sur des projet passifs répondant à cette problématique.

Ambition carbone :

Nous réalisons des études d’Analyse de Cycle de Vie (ACV) depuis 2017 lors de la parution des exigences de l’expérimentation E+C-. Nous avons une forte expérience dans ce domaine par la réalisation de formation et d’instruction sur ce sujet. Nous sommes donc déjà parés à répondre à la demande.

NERGIK fait partie de NOVAM Ingénierie, bureau d’études Tout Corps d’état (TCE), par le biais de cette synergie, nous travaillons conjointement sur un projet pour lui apporter une optimisation structurelle, économique, énergétique et carbone.

Confort d’été :

Depuis plus de 10 ans nous travaillons sur l’amélioration du confort hygrothermique des bâtiments. Nos études de simulation Thermique Dynamique (STD) visent à dimensionner au mieux les équipements de climatisation passifs : Calcul de protections solaires extérieures, optimisation de l’inertie des bâtiments, dimensionnement de puits canadien…

L’équipe de NERGIK et NOVAM Ingénierie est donc prête à répondre aux objectifs de demain.

Cet article a été rédigé par Thomas B
Référent certification HQEreconnu par Certivéa

Découvrez NERGIK, le bureau d’études fluides en charge de cet ouvrage, promesse d’un avenir plus responsable envers notre planète.

Si cet article vous a plu et que vous souhaitez en savoir davantage sur la réduction de l‘impact environnemental des bâtiments,
cliquez ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sem, dolor. ipsum libero risus odio